vendredi 21 juillet 2017

Soye le 20 juillet 2017

   13 marcheurs au départ sur le parking devant l’église.Une fontaine octogonale très fleurie fait office de rond-point. Un petit sentier montant et, devinez; c’et un chemin de croix qui nous amène à la chapelle Sainte-Anne et à une statue de la Vierge qui protège Soye. Déambulation campagnarde pour arriver (après la prière le réconfort) à la guinguette de Soye. Petit détour pour voir le gouffre de Pourpevelle où René s”est empressé de faire peur à sa petite Christine.Nous voici dans la forêt où nous attend notre restaurant 2 étoiles. Bien au frais, calés contre les arbres (René avait préparé la salle et l’ apéro) .Tous dégustent le casse croûte agrémenté de millésimé ou de Chateau la Pompe et bien sûr du pousse café de Jean-Marie. Rencontre avec  des randonneurs lislois, des connaissances à René. On l’a un peu attendu, à mon avis il ne savait plus s”il était rudipontain ou lislois. Traversée des champs de céréales où les moissonneuses sont en action.
Retour à Soye. Passage devant le château  de Chambure et une jolie fontaine en demi-rond en cous de rénovation.
   Au compteur 12 km 600 de déambulation à travers la campagne.
Merci René

Odile.


























Le Belacker le 20 juillet 2017

  Ah les Vosges, c’est tout de même beau, et tant qu’à se déplacer, il faut profiter au maximum de ces sommets pour que cela vaille le coup… ? le coût… ?, en fait c’est comme vous voulez.

  Le point de départ au col du Hundsrück, 16° et la pluie en laisse quelques uns voire quelques unes sur les talons, il faut déjà sortir polaires, k-way, capes, retourner les sacs à dos, déplacer le casse-croûte, reprendre les clés de voitures, bref, c’est perturbant, mais ce n’est qu’une averse de 5 mn puis beau temps pour toute la journée, bien ventée sur les crêtes.

   Nous voici déjà au Belacker avant midi, mais « on » ne va pas en rester là, le col de Rimbach est à la portée de tous et ce sera la pose méridienne avec la vue sur la vallée de la Doller.

   Mais l’ascension n’est pas terminée, sur les sentiers souples en sous-bois, nous repartons vers d’autres fermes auberges et la vue cette fois sur la vallée de la Thur, et ce n’est pas si Moosch que cela.
Au fond de cette vallée on distingue le lac de Wildenstein.


   Merci à Claudine et Hervé pour cette belle sortie, et bien qu’Hervé soit resté les bras croisés toute la journée, il a bien dissipé les nuages et mené ce petit groupe homogène de 14 marcheurs.

Alain.